Communiquer
sur le web
quand on
est coach

Le web peut véritablement propulser votre activité de coaching, que vous exerciez en présentiel ou en distanciel.
Mais comment se faire connaitre et se démarquer dans cet océan du web quand on ne connait strictement rien à tout ça ?

Avoir un site web, c’est indispensable ?

A quoi sert un site web quand on est coach ?

C’est quoi au juste un bon site web ?

Avoir un site web quand on est coach,
c'est indispensable ?

« T’as une entreprise et t’as pas de site web ??! »

Nous, on appelle ça la pression sociale du site web.

  • « Tu fais quoi ? Ah oui ok. T’as un site web ? »
  • « Envoyez-moi un mail avec votre site, j’irai voir ça dès que j’ai le temps. »
  • « Ah bon ? Vous n’avez pas de site ? Mais tout le monde a un site ! »

À croire que l’on ne peut pas être pris au sérieux tant que l’on n’a pas de site web ! Comme si on n’était pas vraiment concrètement installé dans son activité !

Le web n’existe pas depuis si longtemps mais on conçoit difficilement la vie sans lui. Et aujourd’hui, avoir un site web professionnel est presque devenu une norme.

Alors quand vous avez votre entreprise, tout le monde est dans l’expectative.

Et petit à petit, même si vous ne l’aviez pas vraiment prévu ni voulu, vous commencez à vous dire qu’il vous faudrait peut-être un site web à vous aussi. Pour paraître « plus pro ». Pour être « plus légitime ».

Avec la montagne de questions qui va avec : « comment je vais faire ? », « combien ça va me coûter ? », « qu’est-ce que je dois raconter ? »…

Apparemment il vous faut un site web mais vous ne savez pas trop pourquoi ni comment vous y prendre.

Alors oui, avoir un site web aujourd’hui reste indispensable si vous voulez utiliser le web pour communiquer. On ne va pas vous dire le contraire.

 

Pourquoi ?
Parce que votre site c’est le 💛 de toute votre communication sur le web.

Autour duquel vous viendrez ensuite faire graviter tout le reste : les réseaux sociaux, les supports imprimés (cartes de visite, flyers, etc.)…

Vous avez déjà un site web ?

→ Il vous amène de nouveaux clients régulièrement ?
Vous faites partie des bien lotis et le bootcamp La Cordée n’aura pas grand intérêt pour vous !

→ Vous ne savez pas trop s’il vous aide ?
On vous invite à aller voir ce qu’est un bon site web : par ici.
Et les résultats que peut amener un bon site web : par là.
Et peut-être que vous aurez envie de lire le reste ! 😄

À quoi ça sert un site web
quand on est coach ?

A lancer ou développer
une activité en présentiel plus rapidement

Quand on se lance, être visible localement est primordial pour pouvoir trouver des clients près de chez soi.

Que vous proposiez de l’accompagnement individuel ou collectif, que vous ayez un local, un cabinet, ou que vous exerciez à domicile ou bien en entreprise, vous devez faire parler de vous !

C’est indispensable si vous proposez…

  • des séances de coaching,
  • des consultations ou des RDV,
  • des cours ou des stages,
  • des ateliers,
  • des conférences,
  • des séminaires,
  • des formations, etc.

Oui alors c’est bien beau tout ça, mais c’est plus facile à dire qu’à faire ! Pour se faire connaître, il existe de nombreuses méthodes. Et vous en avez peut-être déjà essayé certaines pour faire parler de vous :

  • créer un flyer ou une affiche,
  • donner votre carte de visite dès que quelqu’un vous demande ce que vous faites (on ne sait jamais !),
  • publier une annonce dans un magazine ou un journal local,
  • vous rendre sur un salon ou un événement local,
  • vous rendre dans un club réseau,
  • créer une page et quelques posts sur les réseaux sociaux,
  • vous inscrire dans des annuaires…

Mais autant le dire tout net : tout ça n’a pas vraiment eu d’effet, en tout cas pas celui escompté ! En réalité, c’est tout à fait normal. Et cela ne veut pas dire pour autant que personne n’a besoin de vous ou que vous n’êtes finalement pas fait pour cette activité.
En fait, actionner tous ces leviers n’est pas inutile. Si ces opérations sont bien pensées et bien réalisées, elles peuvent s’avérer très efficaces.
Mais en faisant ces choses-là, vous démarchez en fait des personnes dites « froides ».

C’est-à-dire des personnes qui ne sont actuellement pas à la recherche de vos services. Ça ne veut pas dire qu’elles n’auront jamais besoin de vous, mais au moment où vous les sollicitez, elles ne ressentent pas ce besoin. En faisant parler de vous ainsi, vous allez donc progressivement faire marcher le bouche-à-oreille. Mais cela peut prendre beaucoup de temps, des mois voire des années selon votre activité et la zone géographique dans laquelle vous vous trouvez. Et évidemment, vous n’avez pas des années devant vous.

Ce qu’il faudrait pour développer plus rapidement votre activité, c’est pouvoir proposer vos services à des personnes qui en ont besoin là, tout de suite, maintenant !

Vient donc tout naturellement la question : « mais où est-ce que je peux trouver ces personnes alors ? »
A votre avis, quand quelqu’un a un problème à résoudre ou un objectif à atteindre et qu’il cherche un professionnel dans votre domaine d’activité pour l’aider, où va-t-il chercher ? Avec un peu de chance, il connaît peut-être déjà quelqu’un. Si ce n’est pas le cas, il va probablement dans un premier temps demander autour de lui. Et s’il n’est pas plus avancé, il y a de très grandes chances pour qu’il se rende sur le web pour effectuer des recherches !

Et c’est à cet instant précis que vous devez être visible sur les moteurs de recherche, car cette personne-là est en recherche active. D’où la nécessité absolue d’être présent sur le web : pouvoir proposer ses services au moment où les gens en ont besoin.
Et si on est réaliste, on ne choisit pas un coach, un formateur ou un consultant sur l’annuaire. On le choisit parce qu’on est intéressé par ce qu’il propose, par son approche, par sa vision, par son histoire, par son expertise. S’inscrire sur un annuaire ne suffit donc pas à capter l’attention de cette personne qui est en recherche active d’une solution. Pour l’intéresser et lui donner envie de vous contacter, il faut lui apporter suffisamment d’infos.
Et il n’y a pas de meilleur endroit qu’un site web pour cela.

A développer une activité de niche
ou exercée en zone rurale.

Est-on obligé d’avoir un site internet pour vivre de son activité en présentiel ? Non, pas forcément.
Tout dépend de l’offre et de la demande dans votre domaine d’activité et du coin dans lequel vous exercez.

Si vous êtes implanté·e dans une région où il n’y a pas trop de concurrence et qu’il y a beaucoup de demande, et que vous faites suffisamment parler de vous sur le terrain, vous parviendrez à développer votre activité sans avoir de site web.
Vous ne vous développerez évidemment pas aussi vite qu’en ayant un site, mais cela reste tout à fait faisable.

En revanche, si vous avez une activité dans un domaine très spécifique ou bien très concurrentiel et/ou que vous vivez à la campagne, ça risque d’être bien plus compliqué de remplir votre agenda en faisant uniquement du présentiel. Et ce, même avec un site web.
Avoir un site web, quand on fait du coaching, de la formation ou du consulting, apporte un avantage considérable : pouvoir proposer ses services à une bien plus grande échelle.
Le web nous permet de voir plus loin. Au lieu de se cantonner à l’échelle locale, on peut d’un seul coup imaginer travailler à l’échelle nationale, ou pourquoi pas internationale.
On peut alors chercher des clients dans n’importe quelle zone géographique.

Mais cela implique une façon de travailler qui ne convient pas forcément à tout le monde, à toutes les activités et à tous les types de prestations.

2 possibilités s’offrent à vous :

  • travailler à distance par téléphone ou en visio dans le cadre de prestations de courte durée (séances, consultations, rdv, cours),
  • vous déplacer pour vous rendre chez votre client ou faire déplacer votre client dans le cadre de prestations de moyennes ou longues durées (séminaires, formations, stages).

Si votre activité vous permet de travailler à distance, cela peut être un bon complément de votre activité en présentiel.
L’avantage quand on propose des prestations à l’échelle nationale, c’est qu’on peut toucher bien plus de gens qu’à l’échelle locale. Imaginez le nombre de personnes qui peuvent avoir besoin de vos services s’il n’y a plus de barrière géographique !

Travailler en distanciel ouvre de nombreuses portes mais engendre également un inconvénient de taille : la concurrence est bien plus rude.

Car là où vous êtes seulement quelques uns sur un même domaine d’activité à l’échelle locale, vous êtes extrêmement nombreux à démarcher à l’échelle nationale.
Et par conséquent, la personne qui a besoin de vos services a l’embarras du choix.

Pour mettre toutes les chances de votre côté, il vous faut donc faire 3 choses :

  1. d’abord parvenir à être visible dans les moteurs de recherche pour avoir la chance d’être trouvé·e lorsque quelqu’un cherche les services que vous proposez,
  2. puis capter l’attention de la personne et sortir du lot grâce à une image professionnelle et un positionnement spécifique,
  3. enfin, expliquer qui vous êtes et ce que vous proposez de façon claire pour donner envie à la personne de vous choisir vous plutôt qu’un·e autre.

Votre présence en ligne est indispensable pour développer votre activité, surtout si vous exercez en zone rurale, si vous avez une activité de niche ou si vous évoluez sur un marché très concurrentiel.

Mais pour cela, il va falloir vous démarquer.
Et avoir un site internet va vous permettre de faire rentrer la personne dans votre univers et de lui expliquer tout ce que vous pouvez lui apporter.

A regagner du temps
quand l'agenda est plein à craquer.

Tout ce que l’on a vu précédemment vous concerne si vous vous lancez ou si vous n’arrivez pas encore à vivre de votre activité.
A l’inverse, si votre activité tourne déjà bien, vous connaissez sans doute le syndrome de l’agenda plein à craquer.
En quoi est-ce que ça pose un problème que votre agenda soit trop rempli ?
Si vous accompagnez des personnes de manière personnalisée, que ce soit en présentiel ou en distanciel, le nombre de clients que vous pouvez avoir simultanément est malheureusement limité.

Vous n’allez évidemment pas vous plaindre de remplir vos semaines, mais le temps commence à vous manquer et vous avez du mal à caser tout le monde. Vous avez peut-être même déjà dû refuser des clients, non pas par manque d’envie mais parce que vous n’aviez pas le temps.
Et tout le monde sait qu’un client est par définition pressé. Une fois qu’il a identifié qu’il avait besoin de vos services, il ne peut pas attendre, il en a besoin tout de suite.
Et il préférera donc trouver quelqu’un d’autre plutôt que de devoir patienter quelques semaines.

Mais comment est-il possible de continuer à développer son activité si on n’a plus de créneaux disponibles dans l’agenda ?

En fait, il y a deux solutions.

La première consiste à recruter quelqu’un afin de pouvoir déléguer certaines choses et ainsi retrouver du temps. Mais cette solution implique :

  • de trouver du temps pour former cette personne, mais autant dire que c’est un cercle vicieux parce que le temps c’est justement ce qui vous manque…
  • de payer cette personne, ce qui est un investissement financier important et récurrent. Et ce n’est pas parce que votre agenda est bien rempli que vous roulez sur l’or pour autant.

La deuxième solution consiste à transformer la façon dont vous accompagnez vos clients afin de récupérer du temps.
Par exemple, si vous expliquez la même à chose à tous vos clients sur un sujet spécifique, il pourrait être intéressant de l’expliquer une seule fois – à l’écrit, en audio ou en vidéo – pour pouvoir ensuite la transmettre à chacun de vos clients.
Et si vous arrivez à faire ça sur différents sujets, imaginez le temps que vous pourriez récupérer chaque jour, chaque semaine ou chaque mois !

Cela vous permettrait ainsi d’apporter vos connaissances et votre expertise à votre client, et de passer du temps avec lui uniquement sur des sujets très spécifiques ou sur les choses sur lesquelles il coince.
Pour vous donner une image, ce serait un peu comme créer votre bibliothèque personnelle.
Vous pourriez ensuite attribuer les livres que vous jugez utiles à votre client selon ses besoins.
Cette bibliothèque, elle pourrait être constituée de différentes choses selon votre activité et les besoins de vos clients : des cours, des exercices, des méthodes, des stratégies, des astuces, des pense-bêtes, des ressources…

Et puis si on se projette un peu plus, vous pourriez même imaginer faire payer ce service à votre client en parallèle d’un accompagnement individuel.
Vous pourriez alors proposer ce service à vos clients en présentiel, pour ainsi vendre votre expertise tout en récupérant du temps.
Et puis soyons fous et regardons encore un cran plus loin : et si vous pouviez proposer ce service non plus à l’échelle locale, mais à l’échelle nationale ou internationale ?
Ou encore mieux… et si vous pouviez proposer ce service à des gens de tous les horizons dès qu’ils en ont besoin ?
Vous n’auriez alors plus besoin de surcharger votre agenda pour vivre confortablement de votre activité.
Et vous récupéreriez enfin du temps pour continuer à développer votre entreprise !
C’est pour toutes ces raisons qu’il vous faut un site web. Et pour que celui-ci soit efficace et qu’il vous amène des clients, il va falloir travailler minutieusement toutes les différentes facettes qui le constituent.
Car l’objectif n’est pas d’avoir un site web, mais d’avoir un BON site web.

C'est quoi au juste un bon site web ?

Un bon site web, c’est un site qui amène des clients.
Et pour qu’un site soit efficace et apporteur d’affaires, c’est un mélange de nombreux critères.
UN DESIGN
PROPRE ET SOIGNÉ

Les couleurs et les polices sont des éléments indispensables à un bon site web. L’utilisation de l’image (photo, illustration) est elle aussi primordiale. Car outre le design graphique, l’univers d’un site web est porté par les visuels. Ils complètent les textes en permettant de transmettre une ambiance, des valeurs, des émotions sans que vous ayez à l’écrire en mots. Enfin une bonne mise en page aère, structure et met en valeur les contenus.

DES CONTENUS
CLAIRS ET PERTINENTS

Vous devez être clair sur ce que vous pouvez aider le visiteur à faire. Il doit pouvoir comprendre ce que vous faites et comment vous pouvez l’aider en quelques secondes.
Et pour être compréhensible, vous devez prendre du recul sur votre expertise, avoir un discours simple et direct. Et être empathique : mettez-vous à la place de la personne qui vous lit, vos contenus n’en seront que meilleurs !

UNE NAVIGATION
SIMPLE ET FLUIDE

Les informations doivent être faciles à trouver, et le parcours entre les différentes pages bien pensé pour que le visiteur puisse trouver rapidement ce qu’il cherche.
L’ajout de repères visuels permet de lui indiquer où il se trouve dans le site. Les choses doivent être construites pour profiter au maximum du temps d’attention de votre visiteur.

UNE CIBLE BIEN IDENTIFIÉE

Vous devez avoir défini précisément votre cible et ses besoins pour lui expliquer comment vous pouvez l’aider. Car cela va vous permettre d’utiliser une approche et un vocabulaire adapté, et ainsi d’avoir un discours précis et accessible qui la touche et l’intéresse.
Être clair et direct aura également l’avantage de filtrer votre trafic et de qualifier vos visiteurs : si cela ne matche pas avec ce qu’ils cherchent, ils repartent et tout le monde gagne du temps.

UNE IDENTITÉ DE MARQUE
ET UN POSITIONNEMENT FORT

Vous devez avoir votre propre univers, une pâte, une marque de fabrique. Dans le design, mais aussi dans ce que vous racontez, dans votre approche. Que vos contenus aient du sens. Qu’il y ait une vraie tonalité. Vous êtes humain, il faut que cela se voit. Affirmez vos idées, vos valeurs. Affichez vos parti-pris. Positionnez-vous. Mettez de l’âme dans votre com’ ! Car si tout sonne creux, personne n’aura envie d’aller plus loin. Plus vous allez être positionné, plus vous allez attirer les gens avec qui vous souhaitez travailler. Et cela veut aussi dire oser fermer des portes !

UN SITE QUI RASSURE

Vous devez créer de la confiance avec votre visiteur. Pour cela, différents moyens : des témoignages clients écrits ou vidéos, des références clients en B2B, des cas clients expliqués. Vous pouvez aussi rassurer avec du contenu d’expertise sur votre blog. Cela montre au visiteur que vous maîtrisez votre sujet et que des gens vous font confiance. Cela le rassure par rapport à vos compétences, à votre sérieux.

UNE TECHNIQUE MAÎTRISÉE

Votre site web doit être bien construit et fonctionnel. Mais il doit également s’afficher rapidement, au risque de voir partir votre visiteur !
Enfin, il doit être optimisé pour le référencement naturel. A quoi ça sert ? A être visible dans les moteurs de recherche comme Google. Et donc à pouvoir être trouvé par les gens dont le besoin colle à ce que vous proposez !

UNE LECTURE FACILE
SUR MOBILE

Aujourd’hui ce n’est plus une option. Les gens consomment le web le plus souvent via leur mobile, encore plus avec l’avènement des réseaux sociaux. Votre site web doit être fluide, facile à lire et compréhensible sur mobile (et tablette), quitte à alléger le contenu par rapport à la version ordinateur.

FACILITER LE CONTACT

Vous devez créer de la proximité avec votre visiteur. Et pour ça, première brique : votre site doit permettre de vous contacter facilement. Par email, par téléphone, via un court formulaire, tous les moyens sont bons. Plus vous allez faciliter le contact, plus vous allez inciter à l’échange. Parce que finalement c’est quand même l’objectif principal de votre site web !

Avoir un site : Le Graal.
En attendant pour le construire,
c'est plutôt les 12 travaux d'Hercule.